C’est le numéro eGuide de l’objet. Vous les trouverez sur certains objets de l’exposition.
C’est le numéro de localisation de l’objet.
Cliquez ici pour revenir au menu principal.
Cliquez ici pour changer de langue.
Cliquez ici pour changer la taille des caractères et pour vous connecter.
Cliquez ici pour voir la localisation de l’objet.
Agrandissez l’image avec deux doigts, faites pivoter les images 360° avec un doigt. Balayez l’image pour passer à la suivante.
Cliquez ici pour des informations approfondies, biographies, légendes, etc.
Cliquez ici pour entendre les textes ou des fichiers audio.
Partager un objet.
Télécharger au format PDF.
Ajouter aux objets sauvegardés.
 
Affiche, Simplicissimus, 1896
Thomas Theodor Heine
Affiche, Simplicissimus
Thomas Theodor Heine,

Affiche, Simplicissimus,
1896

Thomas Theodor Heine
*4007
g
f Objet e
[{"lat":47.3831030933168,"lng":8.535948212303197},{"floor":"floorplan-2"}]
SS
RC
1
2
2
Museum für Gestaltung Zürich
Ausstellungsstrasse 60
8031 Zurich
Carte du musée
Museum für Gestaltung Zürich
Toni-Areal, Pfingstweidstrasse 94
8031 Zurich
  • Simplicissimus Thomas Theodor Heine Affiche
6
7
Écouter le text
j

Un bouledogue rouge vif montrant les dents sur un fond noir, voilà un motif d’affiche exceptionnel. La chaîne cassée suggère qu’il va sauter sur le premier venu. De même le texte bref, Simplicissimus, ne permet pas de saisir immédiatement ce que défend l’affiche de Thomas Theodor Heine (1867-1948).

Les revues Jugend et Simplicissimus sont fondées à la fin du XIXe siècle à Munich et reflètent, chacune à leur manière, les tendances du moment. Jugend accompagne les débats stylistiques et donne son nom allemand à l’Art nouveau (Jugendstil) ; Simplicissimus est un hebdomadaire satirique et caustique. Il paraît entre 1896 et 1944 et fustige principalement l’hypocrisie de la morale bourgeoise du pouvoir politique et ecclésiastique. Le caricaturiste Thomas Theodor Heine, dont le monogramme figure sur l’angle inférieur gauche de l’affiche, est engagé comme chef dessinateur. La censure frappe dès l’une de ses premières affiches pour Simplicissimus, et Thomas Theodor Heine y réagit dans le numéro suivant en dessinant des soldats qui détruisent son affiche. Tout à sa tâche, l’un d’entre eux ne remarque pas qu’un bouledogue lui pisse sur la jambe. L’agressivité du bouledogue s’exacerbe encore dans une affiche qu’il réalise en 1896. Le chien finit par être la marque de Simplicissimus et le symbole d’une critique intrépide et déchaînée. Simplicissimus devient rapidement aussi populaire que craint, tout particulièrement pour les dessins acerbes de Thomas Theodor Heine commentant les événements sociopolitiques qui affectent l’ensemble de la population allemande. Le numéro que ce dernier consacre à la pénurie de viande, créée artificiellement, et à son imposition consécutive en 1905, en constitue un exemple célèbre. (Bettina Richter)

Bibliographieo

Museum für Kunst und Gewerbe (Hg.), Plakatkunst von Toulouse-Lautrec bis Benetton, Köln 1995, S. 44f.

Légendeso

Plakat, Simplicissimus, 1896, Deutschland, Gestaltung: Thomas Theodor Heine
Abbildung: Museum für Gestaltung Zürich / ZHdK

Plakat, Flugblatt des Simplicissimus – Die Fleischnot, 1905, Gestaltung: Thomas Theodor Heine
Abbildung: Museum für Gestaltung Zürich / ZHdK