C’est le numéro eGuide de l’objet. Vous les trouverez sur certains objets de l’exposition.
C’est le numéro de localisation de l’objet.
Cliquez ici pour revenir au menu principal.
Cliquez ici pour changer de langue.
Cliquez ici pour changer la taille des caractères et pour vous connecter.
Cliquez ici pour voir la localisation de l’objet.
Agrandissez l’image avec deux doigts, faites pivoter les images 360° avec un doigt. Balayez l’image pour passer à la suivante.
Cliquez ici pour des informations approfondies, biographies, légendes, etc.
Cliquez ici pour entendre les textes ou des fichiers audio.
Partager un objet.
Télécharger au format PDF.
Ajouter aux objets sauvegardés.
 
Serpent, (sans titre), probablement 19.Jh.
unbekannt
Serpent, (sans titre)
unbekannt,

Serpent, (sans titre),
probablement 19.Jh.

*1539
g1Q0
f Objet e
[{"lat":47.382874944632185,"lng":8.535695078827416},{"floor":"floorplan-ug"}]
SS
RC
1
2
2
Museum für Gestaltung Zürich
Ausstellungsstrasse 60
8031 Zurich
Carte du musée
Museum für Gestaltung Zürich
Toni-Areal, Pfingstweidstrasse 94
8031 Zurich
6
7
Écouter le text
Klangbeispiel – Der schene neue Aufzug
j

Le serpent, ainsi dénommé à cause de sa forme en S, est un instrument à vent historique qui occupe une place à part dans la riche tradition musicale européenne. Cet exemplaire, originaire d’Italie, illustre les difficultés que posent certains types d’instruments aux chercheurs et les problèmes suscités par la classification en général.

Le serpent n’est pas un instrument facile à jouer : l’intonation et la stabilité des sons requièrent une grande habileté. Cet objet d’apparence atypique est rangé parmi les instruments graves de la famille des cornets à bouquins. Mais sa classification comme basse des cornets à bouquins est remise en question. Ce dernier comme le serpent sont des cornets à embouchures à cuvette et, selon la classification traditionnelle, devraient être rangés dans la famille des cuivres, bien qu’ils soient fabriqués en bois. La production de l’instrument en S est éminemment complexe : sa construction ressemble à celle du cor des Alpes, si ce n’est qu’aucun arbre ne pousse en faisant quatre arcs. Il faut donc coller plusieurs pièces de bois dur, les couper en deux, évider les tubes et les recoller. Ensuite, on recouvre l’instrument d’une gaine en peau de chèvre ou en parchemin pour assurer l’étanchéité nécessaire au son. Mesurant près de deux mètres, le serpent reste pendant longtemps la seule basse dont le volume peut emplir de grandes salles. Outre son emploi dans les églises, il joue un rôle dans la musique militaire à partir du milieu du XVIIIe siècle. Après deux instruments de transition, le bass-horn et l’ophicléïde, le serpent s’efface devant l’invention du tuba. Rien ne permet d’assurer que l’instrument présenté ici date du XVIe siècle. (Adrian Steger, Franziska Müller-Reissmann)

Serpent, vermutlich 19. Jh.
Herstellung: unbekannt, IT
Material/Technik: Holz; Leder; Messing
104.7 x 40.4 cm
Donation: Hug & Cie., Musikinstrumente, Zürich, CH
Eigentum: Museum für Gestaltung Zürich / ZHdK
Bibliographieo

Hermann Moeck/Helmut Mönkemeyer, Zur Geschichte des Zinken, 2. Aufl., Celle 1978.

Ludwig Finscher (Hg.), Die Musik in Geschichte und Gegenwart: Allgemeine Enzyklopädie der Musik, 2. neubearbeitete Aufl., Stuttgart 1989.

Légendeso

Serpent, vermutlich 19. Jh., Herstellung: unbekannt, IT, Donation: Hug & Cie., Musikinstrumente, Zürich, CH
Abbildung: Museum für Gestaltung Zürich / ZHdK