C’est le numéro eGuide de l’objet. Vous les trouverez sur certains objets de l’exposition.
C’est le numéro de localisation de l’objet.
Cliquez ici pour revenir au menu principal.
Cliquez ici pour changer de langue.
Cliquez ici pour changer la taille des caractères et pour vous connecter.
Cliquez ici pour voir la localisation de l’objet.
Agrandissez l’image avec deux doigts, faites pivoter les images 360° avec un doigt. Balayez l’image pour passer à la suivante.
Cliquez ici pour des informations approfondies, biographies, légendes, etc.
Cliquez ici pour entendre les textes ou des fichiers audio.
Partager un objet.
Télécharger au format PDF.
Ajouter aux objets sauvegardés.
 
Épluche-légumes, Rex, 1936
Alfred Neweczerzal
Épluche-légumes, Rex
Alfred Neweczerzal,

Épluche-légumes, Rex,
1936

Alfred Neweczerzal
*1009
g1C1
f Objet e
[{"lat":47.38289719201,"lng":8.535623665012395},{"floor":"floorplan-ug"}]
SS
RC
1
2
2
Museum für Gestaltung Zürich
Ausstellungsstrasse 60
8031 Zurich
Carte du musée
Museum für Gestaltung Zürich
Toni-Areal, Pfingstweidstrasse 94
8031 Zurich
  • Rex Alfred Neweczerzal Épluche-légumes
  • Rex Alfred Neweczerzal Épluche-légumes
6
7
Écouter le text
j

Construction simple et économe, efficacité, forme ergonomique parfaite, bon marché, l’épluche-légumes Rex est l’incarnation d’un produit industriel suisse démocratique.

Alfred Neweczerzal (1899-1959), descendant d’immigrés tchèques né à Davos, fonde l’entreprise Zena AG au moment où il invente son éplucheur. Il investit dès 1931 dans une poinçonneuse et installe un atelier dans une maison à Wiedikon (Zurich). Marchand forain et bricoleur inventif, il met au point différents ustensiles de cuisine avant de faire breveter en 1936 une râpe à légumes à lame réglable en Allemagne. En 1947, il inscrit son invention, baptisée « Rex », au registre international de protection des dessins et modèles sous le code Mod. Int. 11002. La fabrication de l’économe Rex est restée pratiquement inchangée depuis 1947. Pour augmenter sa stabilité, son manche est exécuté en un ruban d’aluminium à deux courbes. La lame coupante articulée et l’outil latéral pour éliminer les yeux des légumes sont en acier bruni. La production à Affoltern am Albis est exécutée par les mêmes machines. 1 millions d’éplucheurs sortent annuellement de l’usine. En 2009, les ventes globales du Rex se montent à 70 millions d’exemplaires, dont un tiers en Suisse. Sa popularité repose en premier lieu sur son efficacité et sa bonne prise en main. La lame pivotante et transversale permet au Rex de suivre également les surfaces inégales de légumes et de fruits, et même de râper des fromages à pâte dure ou du chocolat. Il est économe d’utilisation grâce à un écarteur parallèle à la lame, qui détermine l’épaisseur de l’épluchure. Le prix du produit suisse démocratique est resté également à peu près identique depuis son invention. Vendu pour 1,30 CHF en 1947, il coûte 1,80 CHF aujourd’hui. (Renate Menzi)

Gemüseschäler, Rex, 1936
Entwicklung: Alfred Neweczerzal
Herstellung: Zena AG, Affoltern am Albis, CH
Material/Technik: Aluminium, rostfreier Stahl
11 x 6,5 x 1,3 cm
Eigentum: Museum für Gestaltung Zürich / ZHdK
Légendeso

Gemüseschäler, Rex, 1936, Entwicklung: Alfred Neweczerzal, Herstellung: Zena AG, Affoltern am Albis, CH
Abbildung: Museum für Gestaltung Zürich / ZHdK

Gemüseschäler, Rex, 1936, Produktion: Migros-Genossenschafts-Bund, Zürich, CH
Abbildung: Museum für Gestaltung Zürich / ZHdK

Gemüseschäler, Nespresso Second Life – Limited Edition Rex Sparschäler Serie Nr. 01, 2016, Produktion: Nespresso S.A., Pully, CH
Abbildung: Museum für Gestaltung Zürich / ZHdK

Texte de l’expositiono
L’aluminium

Parce que sa production requiert une grande quantité d’énergie électrique, l’aluminium est considéré comme une « matière première suisse ». En 1888, la première usine hydraulique d’aluminium d’Europe ouvre ses portes à Neuhausen. Le prix du métal léger baisse et, après avoir été utilisé dans la construction aéronautique, l’aluminium fait son entrée dans les foyers helvétiques. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il en vient à remplacer l’acier, devenu rare, et connaît un boom bien au-delà de la cuisine roulante familière aux soldats.