C’est le numéro eGuide de l’objet. Vous les trouverez sur certains objets de l’exposition.
C’est le numéro de localisation de l’objet.
Cliquez ici pour revenir au menu principal.
Cliquez ici pour changer de langue.
Cliquez ici pour changer la taille des caractères et pour vous connecter.
Cliquez ici pour voir la localisation de l’objet.
Agrandissez l’image avec deux doigts, faites pivoter les images 360° avec un doigt. Balayez l’image pour passer à la suivante.
Cliquez ici pour des informations approfondies, biographies, légendes, etc.
Cliquez ici pour entendre les textes ou des fichiers audio.
Partager un objet.
Télécharger au format PDF.
Ajouter aux objets sauvegardés.
 
Vase, (sans titre), vers 1896
Max Laeuger
Vase, (sans titre)
Max Laeuger,

Vase, (sans titre),
vers 1896

Max Laeuger
*1537
g1G0
f Objet e
[{"lat":47.382866091081176,"lng":8.535681667782342},{"floor":"floorplan-ug"}]
SS
RC
1
2
2
Museum für Gestaltung Zürich
Ausstellungsstrasse 60
8031 Zurich
Carte du musée
Museum für Gestaltung Zürich
Toni-Areal, Pfingstweidstrasse 94
8031 Zurich
  • (sans titre) Max Laeuger Vase
  • (sans titre) Max Laeuger Vase
  • (sans titre) Max Laeuger Vase
  • (sans titre) Max Laeuger Vase
6
7
Écouter le text
j

Max Laeuger (1864-1952), céramiste influent de l’Art nouveau, réinvente le décor floral en utilisant la technique de peinture au barolet. Ses œuvres sont récompensées d’une médaille d’or à l’Exposition universelle de Paris de 1900.

Max Laeuger fait tourner et glacer en jaune le vase à haut col en terre brune par un céramiste. La peinture est à ses yeux déterminante dans la composition et il réalise donc lui-même le décor à la barbotine. Il dessine des traînées d’engobe colorée, c’est-à-dire de l’argile délayée, au barolet et la scelle sous une glaçure au plomb transparente. Dans son élan artistique, Max Laeuger fait éclore une prairie touffue parsemée de fleurs rappelant des marguerites. Il s’éloigne ainsi sciemment des modèles naturalistes pour peindre en toute liberté une symphonie de couleurs captivante. Il s’inspire en autodidacte de la céramique paysanne de la Forêt-Noire. Originaire de Lörrach en Allemagne, Maximilian Joseph Läuger, qui adopte le pseudonyme de Max Laeuger lors d’un séjour d’étude à Paris en 1892, suit d’abord la filière peinture et décoration intérieure de la Kunstgewerbeschule de Karlsruhe (École d’arts appliqués), avant d’enseigner l’art. Il commence à s’intéresser à la céramique dans le cadre de la recherche d’un renouvellement stylistique dans les arts décoratifs. Le Kunstgewerbemuseum de Zurich se rend à Karlsruhe et lui achète dès 1895 de grands carreaux et des vases. En 1902, on lui propose même de diriger la Kunstgewerbeschule de Zurich, ce qu’il refuse, car il a accepté une nomination à Kandern (Arrondissement de Lörrach dans le Bade-Wurtemberg), le grand-duc de Bade l’ayant chargé de relancer la poterie d’art locale dans la course à la compétitivité. (Sabine Flaschberger)

Vase, um 1896
Entwurf: Max Laeuger
Herstellung: Kunsttöpferei Tonwerke Kandern, DE
Material/Technik: Irdenware, gedreht, Schlickermalerei, glasiert
30 x 12.5 cm
Eigentum: Museum für Gestaltung Zürich / ZHdK
Bibliographieo

Sigrid Barten (Hg.), Um 1900. Verborgene Schätze aus der Sammlung des Museums Bellerive, Zürich 1999.

Elisabeth Kessler-Slotta, Max Laeuger zum 125. Geburtstag, in: Keramos 127 (1990), S. 41–48.

Légendeso

Vase, um 1896, Entwurf: Max Laeuger
Abbildung: Museum für Gestaltung Zürich / ZHdK

Vase, um 1900, Entwurf/Ausführung: Max Laeuger
Abbildung: Museum für Gestaltung Zürich / ZHdK

Krug, um 1902, Entwurf/Ausführung: Max Laeuger
Abbildung: Museum für Gestaltung Zürich / ZHdK

Skulptur, 1929, Entwurf/Ausführung: Max Laeuger
Abbildung: Museum für Gestaltung Zürich / ZHdK

Fliesenbild, um 1893, Entwurf/Ausführung: Max Laeuger
Abbildung: Museum für Gestaltung Zürich / ZHdK

Fotografie, Keramik von Max Laeuger in der Ausstellung Initialen, 1920, Kunstgewerbemuseum Zürich
Abbildung: Archiv ZHdK