C’est le numéro eGuide de l’objet. Vous les trouverez sur certains objets de l’exposition.
C’est le numéro de localisation de l’objet.
Cliquez ici pour revenir au menu principal.
Cliquez ici pour changer de langue.
Cliquez ici pour changer la taille des caractères et pour vous connecter.
Cliquez ici pour voir la localisation de l’objet.
Agrandissez l’image avec deux doigts, faites pivoter les images 360° avec un doigt. Balayez l’image pour passer à la suivante.
Cliquez ici pour des informations approfondies, biographies, légendes, etc.
Cliquez ici pour entendre les textes ou des fichiers audio.
Partager un objet.
Télécharger au format PDF.
Ajouter aux objets sauvegardés.
 
Vase, (sans titre), 1978
Edouard Chapallaz
Vase, (sans titre)
Edouard Chapallaz,

Vase, (sans titre),
1978

Edouard Chapallaz
*1527
g1R0
f Objet e
[{"lat":47.382883571167525,"lng":8.535681667782342},{"floor":"floorplan-ug"}]
SS
RC
1
2
2
Museum für Gestaltung Zürich
Ausstellungsstrasse 60
8031 Zurich
Carte du musée
Museum für Gestaltung Zürich
Toni-Areal, Pfingstweidstrasse 94
8031 Zurich
  • (sans titre) Edouard Chapallaz Vase
  • (sans titre) Edouard Chapallaz Vase
  • (sans titre) Edouard Chapallaz Vase
6
7
Écouter le text
j

Au milieu des années 1940, l’admiration qu’Édouard Chapallaz (1921-2016) porte à la céramique chinoise Song éveille en lui un désir ardent d’approcher la perfection de ces émaux à haute température à travers ses propres œuvres.

Édouard Chapallaz, céramiste suisse, crée ce vase discoïdal en grès à partir d’une assise portante composée de deux plaques et tournée. L’arête tranchante luit et se détache de l’émail cuprifère d’un rouge profond, tandis que la partie inférieure couleur pétrole paraît plongée dans l’ombre. « Ma céramique doit faire penser au ciel, à la roche, à l’eau ou à un paysage », souligne l’artiste. L’impulsion lui en est donnée par les couleurs intenses et la sensualité de la poterie chinoise, qu’il découvre au musée Cernuschi à Paris, suite à l’ouverture des frontières consécutive à la Seconde Guerre mondiale. Au prix de longs et coûteux efforts, il se familiarise avec les émaux aux noms évocateurs, « bleu de ciel après la pluie », « fourrures de lièvre » ou « sang de bœuf ». Il lui faudra inventer son propre four électrique pour arriver à créer des émaux cuits à haute température dans les coloris désirés. Après avoir suivi une formation de tourneur à l’École suisse de céramique de Chavannes-près-Renens, Édouard Chapallaz trouve d’abord à s’employer à Thayngen dans la production industrielle des usines de céramique locales. Il ouvre en 1945 un atelier à Duillier, près de Nyon, mais continue à gagner sa vie dans diverses usines. À la fin des années 1950, il est nommé professeur de technologie à l’École des arts décoratifs de Genève et, dix ans plus tard, ses vases lui valent d’être un artiste reconnu. Il obtient par la suite des commandes publiques de relief en céramique pour la gare de Lausanne ou l’école suisse de Mexico. (Sabine Flaschberger)

Diskusförmige Vase, 1978
Entwurf/Ausführung: Edouard Chapallaz
Steinzeug, glasiert.
32.7 x 35.0 x 11.3 cm
Eigentum: Museum für Gestaltung Zürich / ZHdK
Bibliographieo

Rosemarie Lippuner (Hg.), Musée des Arts Décoratifs de la Ville de Lausanne, Edouard Chapallaz – une passion de ceramique, Lausanne 1989.

Museu Nacional do Azulejo, Cerâmica da Suíça do Renascimento aos nossos dias, Lissabon 1998.

Brief Edouard Chapallaz an Sigrid Barten, 30.10.1990, Kunstgewerbesammlung, Museum für Gestaltung Zürich.

Légendeso

Diskusförmige Vase, 1978, Entwurf/Ausführung: Edouard Chapallaz
Abbildung: Museum für Gestaltung Zürich / ZHdK

Vase, 1954, Entwurf/Ausführung: Edouard Chapallaz
Abbildung: Museum für Gestaltung Zürich / ZHdK

Vase, 1953, Entwurf/Ausführung: Edouard Chapallaz
Abbildung: Museum für Gestaltung Zürich / ZHdK

Kontaktkopie, 1955, Keramik von Edouard Chapallaz in der Ausstellung «Europäische Keramik seit 1900», Kunstgewerbemuseum Zürich, 1955
Abbildung: Archiv ZHdK